Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 14:38

 

http://alsace.alternativelibertaire.org/IMG/cache-170x168/arton534-170x168.jpgPour le régime dictatorial russe, les Jeux Olympiques de Sotchi sont l'occasion de mettre en scène sa puissance et ce d'autant mieux qu'il est cautionné par les nombreux états amis, le mouvement olympique et les firmes transnationales qui sponsorisent cette compétition.

Pour cela, il entend étouffer tout type de contestation. Rassemblements et manifestations sont interdits par décret pour toute la durée des JO. Cela étant dit ces interdictions et le bâillonnement des libertés constituent une règle permanente en Russie. Et le pouvoir compte sur les JO pour faire silence sur ses agissements liberticides.

 

De nombreux militant-e-s de gauche, anticapitalistes, syndicalistes, écologistes sont emprisonnés ou en instance de jugement. Ils et elles sont réprimé-e-s par le pouvoir du fait de leur participation en 2012 aux mobilisations de masse contre les élections présidentielles truquées par l'état poutinien. Pour elles et eux, il est très important que durant les JO protestations et manifestations de solidarité se fassent entendre.

Les lesbiennes, gay, bi et trans font l'objet de persécutions spécifiques (loi contre la « propagande homosexuelle »). De même, ce pouvoir criminel tolère voire encourage les mouvements d'extrême droite qui ont assassiné ces dernières années de nombreux immigré-e-s et militant-e-s antifascistes.

Par ailleurs rappelons également l'expulsion il y a plus de deux mois de 5 000 travailleurs sans papiers serbes qui ont travaillé pour construire les infrastructures des JO de Sotchi et ont été renvoyés dans leur pays sans même avoir été payés un seul rouble malgré leurs protestations. Cette surexploitation et cette oppression rappellent celle des ouvriers immigrés du Qatar. Cette violence de l'état et du capital, on la retrouve à travers l'expulsion d'habitant-e-s de Sotchi pour faire place à certains aménagements sportifs. Pendant toute la durée des JO, la frontière entre la Russie et l'Abkhazie située à 4 km de Sotchi est fermée par les autorités russes sous prétexte de sécurisation et de lutte antiterroriste. Ainsi la dictature russe empêche les travailleurs-ses frontaliers abkhazes de se rendre à leur travail et les paysans pauvres de ce pays de vendre leurs produits alors que la région de Sotchi est leur seul débouché.

Enfin précisons que les aménagements nécessaires à l'organisation de ces JO ont aussi été réalisés au prix de la destruction d'une forêt, d'une partie de la montagne entourant Sotchi et de la pollution des rivières aux alentours. Pour couronner le tout, ces JO comme les autres génèrent des milliards d'euros de dépenses, l'augmentation des prix au détriment de la satisfaction des besoins des populations.

La dictature russe se maintient au pouvoir du fait d'un régime policier empêchant toute expression libre et démocratique, mais il faut aussi souligner que cela est possible grâce au silence et à la complicité des états occidentaux, des firmes transnationales et du mouvement sportif (cf. déclaration du numéro 2 de la FIFA expliquant que la FIFA préfère travailler avec des pouvoirs dictatoriaux comme la Russie et le Qatar qui accueillent la coupe du monde de football respectivement en 2018 et en 2022).

 

Plusieurs actions ont eu lieu en France le 1er février à l'initiative de mouvements de défense des droits humains et le 5 février dans le monde pour les droits des LGBT. En janvier, plusieurs mouvements de la gauche anticapitaliste russe ont appelé à se mobiliser contre la répression dont ils et elles font l'objet.

Aujourd'hui nous voulons

  • rompre le silence et exprimer notre solidarité avec les victimes de la répression en Russie ;

- dénoncer le régime de dictature en Russie, mais aussi le soutien qui lui est apporté par le Comité international olympique du fait même de l'organisation des JO à Sotchi dont les enjeux sont avant tout économiques, financiers et politiques, et par les états qui font le choix d'y envoyer leurs représentants politiques à cette occasion ;

- exiger la libération de tous les prisonniers politiques

- exiger l'abrogation de la législation antihomosexuelle, ainsi que toutes celles qui contreviennent à la liberté d'expression (pétition, presse, rassemblement, manifestation, réunion, grève...).

 

Premiers signataires :Les Alternatifs, Alternative libertaire, Ensemble – Mouvement pour une alternative de gauche écologiste et solidaire, Gauche anticapitaliste, Nouveau parti anticapitaliste, Solidaires

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 23:47

http://communistes-citoyens-villejuif.elunet.fr/public/communistes-citoyens-villejuif.elunet.fr/Divers/rouge-1-ANI802.preview.jpgL’attaque contre les droits des travailleuses et des travailleurs s’accélère toujours plus avec la signature en janvier de l’accord national interprofessionnel (ANI) entre le patronat et trois syndicats minoritaires (CFDT, CGC, CFTC). Ce texte préconise un détricotage en bonne et due forme du code du travail : accélération des procédures de licenciements, limitation des possibilités de recours des salarié-e-s, légalisation du « chantage à l’emploi », généralisation de contrats dérogatoires (CDI intermittents)… on croirait lire le programme du MEDEF. Et le gouvernement dit « socialiste » entend le transposer dans la loi, recevant en toute logique les encouragements de l’UMP et du patronat : le projet de loi passera à l’Assemblée le 9 avril puis au Sénat le 17 avril, afin d’être appliquée début mai.

Dans le contexte actuel, où la crise économique est brandie à tout bout de champ pour exiger des licenciements par les patrons et leurs chiens de garde médiatiques et politiques, on peut s’attendre à une accélération des plans sociaux si la loi passe. Certains patrons anticipent déjà leurs victoires : chez Renault, 7500 suppressions de poste ont été annoncées début mars (avec l’aval de la CGC, la CFDT et FO), tandis que Goodyear prévoit la fermeture de l’usine d’Amiens-Nord, qui emploie 1200 salarié-e-s, et que PSA veut passer son plan social en force malgré les 10 semaines de grève et les initiatives juridiques en cours.

De nouveau, la question de la construction d’une riposte d’ensemble est plus que jamais d’actualité pour le mouvement ouvrier. On ne peut plus se battre chacun dans son coin, dos au mur, ou espérer passer entre les gouttes, alors que le patronat avance en rang serré, avec le soutien d’Hollande et de sa clique. Les manifestations du 5 mars à l’appel de la CGT, FO, Solidaires et la FSU ont été un premier pas encourageant. La nouvelle direction confédérale de la CGT a annoncé une nouvelle journée d’action contre l’accord début avril… tout en réaffirmant sa stratégie de syndicalisme « rassemblé » avec la CFDT et en qualifiant la divergence sur l’ANI de « mineure ».

Pour sa part, Alternative libertaire appelle l’ensemble des salarié-e-s, du public comme du privé, à se mobiliser le plus massivement possible contre l’ANI. Il est plus que jamais nécessaire que les équipes syndicales combatives et les collectifs de lutte (Licenci’elles, collectif pour un droit de veto des Comités d’entreprise…) se rassemblent, au-delà des étiquettes, pour combattre cet accord. Enfin, des mots d’ordre imposant une autre logique et laissant entrevoir un autre projet de société doivent être mis en débat pour construire la résistance, comme le droit de véto des travailleurs et des travailleuses sur les licenciements, la réquisition/autogestion des entreprises qui ferment, l’augmentation des salaires et le passage aux 32h sans intensification du travail et avec embauches correspondantes.

Alternative libertaire, le 2 avril 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 19:21

http://www.france.attac.org/sites/default/files/imagecache/logopleinepage/images/nddl-17-nov-petit.jpgLe samedi 17 Novembre 2012 à Notre-Dame-des Landes (près de Nantes) aura lieu une manifestation de réoccupation des terres contre le projet de construction d’un aéroport. Ce projet est l’exemple même de la mégalomanie de certains notables locaux comme J.M Ayrault (premier ministre et ancien maire de la ville de Nantes) et de leur collusion avec les intérêts capitalistes.

La construction du « troisième plus grand aéroport français » est inutile, elle ne repose sur aucun besoin des populations locales et entraînera la destruction de 2000 hectars de bocage, la disparition de centaines de terres agricoles, l’expulsion d’habitants et d’habitantes, de petits paysans et paysannes.

Ce projet se construit contre la population et dans l’intérêt des capitalistes, comme l’entreprise Vinci. Celle-ci est assurée, via un partenariat public-privé, d’une rentabilité de 11% qui sera compensée en cas de déficit par des fonds publics  ! Voilà la logique des politiciens « socialistes » : d’une main étrangler la populations à travers les politiques d’austérité et de l’autre main nourrir les vautours capitalistes !

La résistance menée par les habitantes et les habitants, les paysannes, et les paysans, depuis des années est exemplaire. L’expérience de vie autogestionnaire menée dans la ZAD (zone d’aménagement différée ou Zone à défendre) est porteuse d’une réelle dynamique de transformation sociale et écologique. Mais cette résistance a dû faire face à une féroce répression. Le gouvernement a dépensé plus d’un million d’euros en deux semaines pour envoyer sa police contre la population de la zone. Voilà la politique du gouvernement Ayrault et de ses alliés : "protégeons les capitalistes contre la population" !

La manifestation qui se déroulera à 11h à Notre Dame-des-Landes Samedi 17 Novembre est très importante. Dans de nombreuses villes en France des covoiturages, des bus partiront vers Notre-Dame-des-Landes et des manifestations locales de soutien sont organisées à certains endroits. Alternative libertaire appelle, ses militants et militantes, ses sympathisantes et sympathisants et tous celles et ceux que cette politique inique révolte à se joindre à la manifestation

Contre les cadeaux faits aux capitalistes, contre la politique antisociale de ce gouvernement, contre la destruction écologioque : Manifestons le 17 Novembre

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:18

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/cache-190x152/arton4698-190x152.jpgUne répression terrible s’abat sur dix militantEs antifascistes, interpelléEs à Paris dans la soirée du 8 mars alors qu’ils et elles collaient des affiches contre la tenue des « Assises de la nationalité, de la citoyenneté et de l’identité », organisées par le Bloc identitaire, groupe aux idées racistes revendiquées. Pour de simples affiches, ces militantEs ont été gardéEs à vue 48h, avant d’être déférréEs samedi soir au parquet de Paris en ayant fait un passage à la section antiterroriste de la brigade criminelle !! Au total ce sont plus de 60h qu’ils et elles ont passées dans les locaux de la police puis de la justice. Rien dans les actes ni dans l’attitude des militantEs ne justifiait cette garde à vue et ce déferrement.

Grâce à la mobilisation des organisations, réseaux et sympathisantEs antifascistes, ils et elles ont été libéréEs ce dimanche avec des procès verbaux signifiant des inculpations pour participation à un groupe formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou des destructions pour dégradation de biens. Cela leur vaut d’être convoquéEs pour être jugéEs devant la 29e chambre du Tribunal de grande instance de Paris le 7 mai 2012. Aussi nous dénonçons ici une répression purement politique.

Une surenchère répressive sur les militantEs antifascistes

Nous dénonçons une véritable stratégie d’intimidation menée par la Justice.

A chacune des apparitions publiques des organisations antifascistes, que ce soit face aux catholiques intégristes ou aux divers néo-nazis adeptes du « saucisson-pinard », les ordres du pouvoir sont clairs : la police protège systématiquement l’extrême droite.

Les organisations engagées dans le combat contre l’extrême droite tentent ni plus ni moins d’alerter l’opinion contre la banalisation du racisme et des idées d’extrême droite, et de s’opposer à leurs représentants de tous poils.

Nous dénonçons une criminalisation croissante de ce combat.

Une Justice à deux vitesses

Rappelons qu’il y a à peine trois mois, deux membres de la mouvance catholique intégriste ont été arrêtés au théâtre du Rond-Point, alors qu’ils s’apprêtaient à en détruire le système de sécurité. Ces deux-là n’ont écopé que d’une dizaine d’heures de garde à vue et d’un banal rappel à la loi, avant de repartir… tranquilles. Une différence de traitement aussi criante manifeste clairement la propension du pouvoir et de sa police à « couvrir » des groupuscules violents et liberticides.

Sans oublier la couverture de la justice dont bénéficient des ministres en poste lors de leurs « dérapages » tout à fait contrôlés à l’encontre des immigré-e-s ou lorsqu’ils affirment qu’il existe une inégalité de valeur entre, ce qu’ils appellent, les « civilisations »…

Nous dénonçons donc un pouvoir qui encourage les expressions d’intolérance, de conservatisme et de racisme, et qui défend ceux qui les répandent.

Une indulgence coupable

Si le gouvernement les protège, c’est que les fascistes lui sont très utiles : d’abord ils diffusent efficacement ses idées, désignant les mêmes boucs-émissaires (étranger-e-s, musulman-e-s, chômeurs-ses, et combien d’autres encore), popularisant les mêmes solutions radicales qui consistent à stigmatiser et exclure. Mais en plus, ils sont un ennemi majeur pour le mouvement social, à qui ils font barrage par leurs attaques, leur propagande et leurs provocations.

Nous ne supporterons pas plus longtemps une situation où les fascistes ont les mains libres tandis que l’on enferme ceux et celles qui les dénoncent et organisent la mobilisation et une riposte militante face à eux.

Nous interpellons la population sur la répression éhontée qui sévit sur le mouvement antifasciste en particulier et sur le mouvement social en général.

Nous exigeons que les poursuites à l’encontre des 10 militant-e-s antifascistes soient abandonnées et appellons à la mobilisation de toutEs en solidarité.

Premiers signataires : Alternative libertaire, Les Alternatifs, Ras l’Front Marne la Vallée, Emancipation tendance intersyndicale, CNT Etpreci 75, CNT Santé social, UD CNT 95, Section carrément anti Le Pen (SCALP), Fédération Total respect / Tjenbé réd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies et le sida), SUD Culture Solidaires, Action antifasciste Paris banlieue (AFA), Christianisme social, Solidaires Paris, Nouveau parti anticapitaliste, SUD Etudiant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 15:44

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/cache-149x190/arton4468-149x190.jpgUne dépêche de l’Agence France Presse (AFP) publiée le 2 novembre annonce que 150 catholiques traditionalistes ont tenu un rassemblement devant le Cent Quatre (rue d’Aubervilliers dans le XIXe) pour contester la représentation de la pièce Sur le concept du visage du fils de Dieu de Roméo Castellucci. Elle affirme par ailleurs que « Devant l’autre entrée du bâtiment, rue d’Aubervilliers, une trentaine de militants d’extrême gauche ont également manifesté sans incident, avant de se disperser d’eux-mêmes. »

Cela relève de la falsification et du mensonge les plus grossiers : les intégristes étaient au plus une cinquantaine. Les militants et militantes d’Alternative libertaire qui étaient à eux et elles seul-e-s une quarantaine et qui comptaient parmi les principaux organisateurs-trices de ce rassemblement appelé également par l’Action antifasciste Paris banlieue, Fédération anarchiste, le PCF, le NPA, le Parti de gauche, l’UL CGT XIXe, des syndicats de la CNT, Solidaires Paris, la Gauche unitaire et les Alternatifs ont vu que ce sont plus de 200 personnes qui ont participé à ce rassemblement ponctué de slogans et de prises de paroles. 200 personnes qui se sont mobilisées en quelques heures pour la liberté d’expression et de création, contre l’obscurantisme et contre les menées de groupes d’illuminé-e-s racistes, antisémites et stigmatisant les musulmans comme tous ceux et celles qui ne partagent par leur idéologie réactionnaire. La dépêche inverse donc volontairement le rapport de force réel et évoque à peine le rassemblement antifasciste sans jamais citer les organisations présentes. Cela est dommageable dans un contexte ou tout est fait par les autorités et les obscurantistes de tout poil afin de décourager la pensée critique, les mouvements d’émancipation et une population déjà éreintée par les politiques capitalistes d’austérité sans fin.

Or, le contenu de cette dépêche a été repris par l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur, dans un article publié dans son édition électronique du 3 novembre, ainsi qu’elle est reprise, intégralement par les sites du Parisien et du Figaro.

Aussi nous posons une question : quel est l’intérêt de minorer autant la présence de militant-e-s antifascistes et libres penseurs-ses pour l’AFP ? Faut-il parler d’un manque total de professionnalisme ou tout simplement de mépris face à des militant-e-s dont le défaut majeur serait d’être d’extrême gauche ?

Si les journalistes de ces grands médias s’étaient donné la peine de faire correctement leur travail sur le terrain, et non de ne faire que de la « reprise de dépêche », ils auraient vu également que des habitantes et habitants du quartier Riquet ont balancé des projectiles sur les intégristes catholiques pour leur signifier leur colère face à une telle manifestation d’intolérance.

Mais ces journalistes peuvent toujours venir au rassemblement antifasciste qui se tiendra dimanche 6 novembre à 14h pour se rendre compte que les antifascistes ne se comptent pas sur les doigts d’une main.

Alternative libertaire, le 3 novembre 2011

JPG - 1 Mo
JPG - 1 Mo
JPG - 1 Mo

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 15:25

http://alternativelibertaire.org/IMG/cache-185x190/arton4466-185x190.jpg

Les locaux parisiens du journal Charlie Hebdo ont été attaqués au cocktail Molotov et ont été rendus complètement hors d’usage dans la nuit de mardi à mercredi, sans doute suite à l’annonce de la publication d’un numéro spécial rebaptisé « C

haria Hebdo » et faisant la part belle à la satire de l’islamisme. Dans le même temps, des partisans fanatisés d’une vieille France catholique tentent de perturber manu militari les représentations d’une pièce de théâtre de Romeo Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu, qu’ils jugent « christianophobe ». Deux manifestations accablantes de la violence à laquelle conduit l’intégrisme religieux, qu’il soit inspiré par un livre saint ou par un autre ; deux attaques aveugles contre la liberté de création qui illustrent la censure à laquelle les fanatiques de tout poil voudraient soumettre la culture ; deux exemples accablants des illusions mortifères et de la haine larvée qui se nourrissent des sermons religieux et du discours de dévotion.

Alternative libertaire condamne ces faits d’armes réactionnaires, appelle à la vigilance face à tous ceux qui veulent s’attaquer à la laïcité, imposer leur foi privée dans la sphère publique. Alternative libertaire s’engage sans ambiguïté dans la lutte contre toutes les forces rétrogrades qui voudraient soumettre la société au carcan de la religion.

Un rassemblement unitaire aura lieu le mercredi 2 novembre à 19h30 à l’angle des rues Riquet et Curial dans le 19ème arrondissement pour s’opposer à l’idéologie haineuse des catholiques traditionnalistes qui entendent s’opposer à la représentation de la pièce de Castellucci au centre culturel du « Cent Quatre » (104, rue d’Aubervilliers). Alternative libertaire appelle toutes celles et tous ceux qui refusent de voir l’extrême droite parader en pleine rue à se joindre à ce rassemblement pour dénoncer avec force l’intégrisme religieux.

Alternative libertaire, le 2 novembre 2011

En plus :

- Le texte d’appel à la mobilisation dans le XIXème arrondissement de Paris

- Les positions d’Alternative libertaire sur les sectes et religions (partie G du texte)

- Dossier spécial : religions, racismes, mouvements sociaux : y voir clair (journal de juillet-août 2011)

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 10:01

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/cache-176x190/arton4114-176x190.jpg- Mars 2011 à La Poste : nomination des nouveaux actionnaires de la Caisse Des Dépôts et Consignations au conseil d’Administration de La Poste, report de la date limite d’âge du président et grève à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales


- C’est le mois du choc entre la logique capitaliste et celle de la lutte des postiers et postières !


Après la privatisation…

Un an après la privatisation, les conditions de travail des postiers sont loin de s’être améliorées : réorganisations à outrance, heures supplémentaires non payées, accidents de travail et arrêts maladie en hausse. Côté présence postale, c’est aussi la catastrophe. Le nombre de bureau de poste est passé en dessous des 2800 : les zones rurales sont désertifiées et dans les ZUS le contact humain est remplacé par des automates.

Pourtant l’entreprise ne se porte pas si mal et les prévisions alarmistes de la Direction ne se sont pas exaucées. Pour 2010, la Poste a engrangé 550 millions de bénéfices (en hausse par rapport à 2009) et le volume du courrier n’a baissé que de 1% (loin des 5% prévus). Comme dans n’importe quelle entreprise ce sont les dirigeants et le capitalisme qui nous taillent la laine sur le dos, comme Patrick Werner ex-dirigeant de la Banque Postale parti avec un joli pactole de 980 000 euros.


L’action des travailleurs et des travailleuses peut les faire reculer

Face à cette attaque en règle contre les travailleurs/euses de la Poste mais aussi le service public, les luttes locales se multiplient. La victoire des facteurs du Lauzet (04) après quasiment 100 jours de grève pour le maintien d’une distribution de proximité montre que nous pouvons gagner. Ces luttes nécessitent une coordination nationale.

Le 29 mars est l’occasion de montrer à nos dirigeants que nous nous ne laisserons pas imposer ce modèle postal.

Car c’est un certain modèle du service public qui est en jeu. L’Etat se comporte comme n’importe quel patron en ponctionnant des dividendes (136 millions d’euros) et en imposant une vision libérale de ce service public.


Pour l’autogestion des services publics

Il nous faut donc imposer un autre modèle social dans l’entreprise. Cette alternative, c’est pour nous l’autogestion de l’entreprise et la définition de ses missions par les personnels qui y travaillent en lien avec les usagers, sur la base de la satisfaction des besoins sociaux, et non des impératifs de profit. Reprendre en mains l’outil de distribution, ce serait construire un service public postal, contrôlé par les travailleurs et les travailleuses de la Poste, au service de leurs intérêts et des particuliers, c’est-à-dire des autres travailleurs et travailleuses, avec ou sans emploi.


PDF - 206.2 ko
Alarme sociale Poste Mars 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 17:46

Le 30 mai 2010, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’Ecologie vantant haut et fort le http://alternativelibertaire.org/IMG/cache-135x190/arton4095-135x190.jpgGrenelle, signait dans le plus grand secret trois arrêtés autorisant l’exploration de gisements de gaz de schiste dans cinq départements (Ardèche, Aveyron, Drôme, Gard et Hérault). D’autres régions, comme la Seine-et-Marne et la Picardie, sont concernées par l’exploration d’huile de schiste.

Le gaz et l’huile de schiste sont des hydrocarbures dit « non conventionnels  » ; emprisonnés dans le schiste, roche située à plus de 2000m de profondeur. Leur exploitation était jusqu’alors trop onéreuse pour être rentable, mais la flambée des prix du pétrole et du gaz conventionnels a changé la donne. Pour les extraire, on injecte dans des puits forés spécialement des millions de litres d’eau sous haute pression mélangée à un détonnant cocktail de produits chimiques. C’est ce que l’on appelle la « fracturation hydraulique ». La roche « fracturée » libère le gaz qui peut alors remonter à la surface.

Ils ne renonceront pas à leurs profits

L’exploitation des hydrocarbures non conventionnels permet de re-évaluer les réserves mondiales en énergies fossiles de 50 à 250% selon les estimations. Ainsi, les multinationales de l’énergie vont pouvoir continuer à accumuler leurs profits faramineux durant de longues années. L’Etat n’hésite pas à privatiser notre sous-sol, bien commun par excellence, pour le plus grand bénéfice de ces capitalistes. Surtout que cette nouvelle possibilité permet de conserver le modèle de société hyper-dépendante aux hydrocarbures. Les gouvernements n’auront donc pas à prendre de mesure courageuse sur les modes de production et la structure énergétique de nos sociétés. Quel soulagement !

Un désastre écologique annoncé

Malheureusement, le bonheur des capitalistes et des gouvernants signifie encore une fois le malheur des peuples et de la Terre. Car grâce aux tristes exemples des Etats-Unis et du Canada, où cette pratique est en pleine essor depuis le début du XXIeme siècle, nous connaissons très bien les conséquences dramatiques de la fracturation hydraulique :

- le paysage est défiguré par des dizaines ou centaines de puits nécessaires pour extraire ces ressources disséminées sur de grandes surfaces ;

- des millions de litres d’eau sont nécessaires, à l’heure où les ressources se font rares ;

- une partie des eaux usées et les produits chimiques qu’elle contiennent s’infiltrent dans les sols et les nappes phréatiques, et se retrouvent donc à terme dans les aliments et l’eau consommée par les animaux et l’homme ;

- l’air est contaminé par l’évaporation du reste des eaux usées stockée dans des bassins de décantation, et par les émissions des usines et milliers de camions nécessaires à l’approvisionnement en eau et à la distribution du gaz.

L’exploitation des gaz et huile nuit donc gravement à la santé des habitants des régions concernées (asthme, cancers, etc.), et est au final bien plus émettrice de gaz à effet de serre que la production d’hydrocarbures conventionnels.

Mobilisons -nous !

Face à cet impact environnemental désastreux, la contestation grandit, et un moratoire a finalement été annoncé le 4 février par Nathalie Kosciusko-Morizet, prolongé par Fillon le 11 mars. Mais nul doute que devant les énormes sommes déjà investies et la collusion entre le personnel politique et les grandes compagnies énergétiques, l’exploration reprendra bientôt et l’exploitation suivra dès qu’elle deviendra rentable.

Aberration écologique, cette décision serait pleinement conforme à la logique capitaliste. Les effets néfastes sur l’environnement et la santé humaine n’ont que peu d’importance face à l’insatiable soif de profit qui anime le capitalisme. C’est donc à l’ensemble de ce système économique mortifère qu’il faut s’attaquer. Pour cela il faut s’organiser et lancer nous-mêmes la lutte dès maintenant contre l’exploration du sous-sol, sans compter sur un réveil des élus, depuis trop longtemps endormis.

Luttons contre le gaz de schiste et les capitalistes !

Tract (pdf)

PDF - 163.4 ko

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 17:21

 Depuis l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi le 17 décembre à Sidi Bouzi d, des manifestations fleurissent dans toute la Tunisie pour protester  contre le chômage qui maintient dans la misère une grande partie de la jeunesse. En Algéri e également, les classes populaires se révoltent contre une classe politique complètement indifféhttp://www.alternativelibertaire.org/IMG/cache-126x87/arton3929-126x87.jpgrente aux injustices et aux inégalités. 


Si les préoccupations économiques sont au fondement de la révolte, les peuples tunisiens et algériens en ont également assez des pouvoirs autoritaires qui les maintiennent dans la pauvreté et les empêchent de s’exprimer librement, comme le montre la répression sans borne qu’ont connue les manifestant-e-s dans les deux pays, et qui a occasionné de nombreux décès.


Le refus de redistribuer les richesses pour garantir un minimum à la population, par exemple grâce à la manne pétrolière en Algérie, est perçu comme une injustice inacceptable à l’heure où le prix des denrées de base s’envole. Les manifestant-e-s veulent aussi faire entendre que l’absence de libertés, la répression, le népotisme et la corruption ont fait leur temps. Le mouvement des avocats tunisiens est emblématique du refus d’un pouvoir corrompu et refusant toute liberté d’expression.


La France de son côté s’est contentée, après un long silence, d’appeler lundi 10 janvier « à l’apaisement » : Nicolas Sarkozy n’a pas envie de critiquer son ami Ben Ali. Le pouvoir français montre une fois de plus l’indulgence qu’elle peut avoir pour les régimes dictatoriaux. Alternative libertaire condamne cette attitude et plus généralement la politique de la France en Afrique.


Alternative libertaire affirme son entière solidarité avec les luttes des peuples tunisiens et algériens. Non à la répression ! En lutte jusqu’à la chute des dictatures !


Alternative libertaire, le 11 janvier 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 12:19

Bloquer, Amplifier !laluttecontinue.jpg

Avec 3,5 millions de manifestantes et manifestants lors de la journée interprofessionnelle de manifestations du 19 octobre, la mobilisation, loin de faiblir face à la fermeté et à la répression d’un gouvernement de plus en plus tyrannique, ne fait que s’amplifier et se radicaliser. Nous devons continuer dans cette voie, pour faire céder et délégitimer ce gouvernement, à la fois raciste et ultralibéral, au service du MEDEF et des actionnaires. C’est possible !


La grève s’installe dans certaines secteurs clés de l’économie, comme dans les raffineries, le rail, l’énergie, mais aussi dans les facs et les lycées. A nous de la généraliser ! C’est en organisant des assemblées générales massives dans nos boîtes que nous nous donnerons confiance avec nos collègues pour nous engager dans la grève. Pour que des départs en grève tiennent sur la durée, il est crucial de rompre l’isolement entre secteurs professionnels, en mettant à profit les débrayages pour faire des tournées de services et d’entreprises, en organisant des coordinations interprofessionnelles de grévistes, en organisant la solidarité entre et avec les grévistes.

En l’absence de grève générale pour le moment, la grève reconductible dans ces secteurs clés est le pilier qui soutient les actions de l’ensemble des salarié-e-s. Il faut donc que ces mouvements durent, et pour cela, la solidarité des travailleurs et travailleuses est indispensable, notamment au niveau financier par la création et l’alimentation de caisses de grèves, comme cela est déjà fait à la raffinerie Total de Frandres ou à celle de Grandpuits.

Au-delà de la grève, on ne compte plus les signes que les travailleurs et les travailleuses de tous les secteurs ont vraiment envie d’en découdre. Le mot d’ordre de blocage de l’économie est sur toutes les bouches et parvient de plus en plus souvent à se traduire dans les faits, des actions les plus symboliques (une société de retraites par capitalisation à Montpellier) aux plus concrètes (routes, ponts, tunnels voire aéroports comme à Bordeaux, et bien sûr les raffineries qui font planer de plus en plus fortement la menace d’une pénurie de carburants). Pour faire plier le gouvernement, nous devons multiplier ce genre d’initiative, faire feu de tout bois pour alimenter un climat de tension sociale permanente, à un rythme quotidien ou en tout cas plus soutenu que ne le propose l’intersyndicale nationale.

Gouvernement aux abois

Déjà, des signes que le gouvernement et le patronat sont aux abois se font sentir. Côté MEDEF, les patrons s’affolent face aux blocages de zones industrielles, comme à Amiens. Côté gouvernement, la mise en place de déblocages et de mesures de réquisition dans les raffineries sont un signe de la pression qui monte.

La répression du mouvement social, et particulièrement au sein de celui-ci, du mouvement lycéen, montre que le gouvernement a peur et qu’il est prêt à tout pour faire peur à celles et ceux qui luttent – jusqu’à crever un oeil à un adolescent à coup de flash-ball comme à Montreuil ou asperger des lycéens bloqueurs de gaz lacrymogène. Contre le gouvernement, qui s’efforce de délégitimer le mouvement lycéen, et sans doute bientôt étudiant, sous le prétexte fallacieux que les jeunes ne toucheront (peut-être…) leur retraite que dans des décennies, nous devons au contraire affirmer que les lycéen-ne-s et les étudiant-e-s, en tant que travailleurs et travailleuses exploité-e-s en formation, ont leur mot à dire sur cette question comme sur tout autre. Nous devons dénoncer la répression dont sont victimes les lycéens, et qui a pour seul but d’intimider les acteurs et actrices d’un mouvement central dans la lutte actuelle.

Et après ?

La possibilité et la solidité d’un mouvement d’ensemble suffisamment fort pour achever le gouvernement dépend des revendications portées par la mobilisation. Nous demandons le retrait du projet, mais au-delà de ça, quoi d’autre ? Le statu quo ? On attend 2012 en espérant qu’un soit-disant gouvernement de gauche revienne sur la réforme ? Non ! Il faut arracher tout ce que nous pouvons dès maintenant et battre le fer tant qu’il est chaud. Retrait de la loi, baisse des loyers, hausses des salaires, partage du temps de travail sont plus que jamais d’actualité.

Il faut donc, au-delà de cette réforme, remettre en cause la manière dont les capitalistes nous font travailler et organisent la société. Leur beurre, ils le font sur notre dos. Et pour eux pas de problème de retraite !

En nous mettant en position de gagner sur les retraites, nous devons pousser notre avantage pour revenir sur les régressions sociales et les lois racistes des quinze dernières années. Et penser à aller plus loin… Bloquer la production n’a de sens que si nous la reprenons nous-même en main. À l’image des ouvriers des raffineries qui proposent d’alimenter les service publics, c’est aux salarié-e-s et à la population de se ré-approprier, de décider collectivement, de nos besoins.

Partager cet article

Repost 0
Published by Alternative Libertaire Angers - dans Agenda Militant National
commenter cet article

Présentation

  • : Blog d'Alternative Libertaire 49
  • Blog d'Alternative Libertaire 49
  • : Blog des militants d'Alternative Libertaire 49. Fondée en 1991, AL fonctionne sur un mode fédéraliste et autogestionnaire. L’organisation est constituée d’une fédération de groupes locaux, et de deux branches sectorielles : une branche « Entreprises » regroupant les militant(e)s salarié(e)s, et une branche « Jeunesse », regroupant les militant(e)s scolarisé(e)s.Ce blog est donc dédié au luttes locales du 49 mais aussi à l'expression des communistes libertaires du 49 sur des sujets plus div
  • Contact

Recherche